X

« Femmes pagures » de Mathurin Méheut

Musée des beaux-arts de Quimper

Quimper

Beaux-arts - Arts décoratifs - Biodiversité - Culture bretonne
Femmes pagures ou Femmes bernard-l'ermite, 1926, Mathurin Méheut, Musée des beaux-arts de Quimper, Dépôt de la collection de Gilles Baratte

Mathurin Méheut (1882-1958) a réalisé de nombreux décors et ensembles dans lesquels l’univers maritime des côtes bretonnes sert d’inspiration magnifique. Cette toile, conservée au musée des beaux-arts de Quimper, de format carré, de 210 cm x 228 cm, a peut-être été commandée par le célèbre banquier-mécène Albert Kahn.

Pour cette tempera sur toile, Méheut s’inspire notamment de la côte nord finistérienne, et plus précisément des environs du plateau de Duon, en face de Roscoff, où le peintre passe deux années, de 1910 à 1912, à la station de biologie marine. Il y observe et retranscrit avec acuité, scènes de la vie quotidienne, paysages et espèces marines et élargit ainsi son répertoire. Dans cette oeuvre réalisée en 1926, le peintre mêle ces inspirations bretonnes à d’autres plus exotiques. Ici, certaines espèces ont en réalité été observées à Hawaï.

Deux étranges créatures prennent place dans cette scène : des « femmes-pagures » ou « femmes bernard-l’ermite ». Pagure est le nom d’une famille crustacés dont fait partie le bernard-l’ermite. Méheut réinvente ici l’iconographie de la sirène. Le modèle de dos est la fille de Méheut, Maryvonne, dont on reconnaît les longs cheveux tressés en natte.