X

Le port de Brest de Jules Noël

Musée des beaux-arts de Brest

Brest

Beaux-arts - Patrimoine maritime - Patrimoine
© Musée des beaux-arts de Brest

Cette grande toile de Jules Noël, célèbre pour avoir figurée sur l’affiche des Fêtes Maritimes de 1992, présente au spectateur une vision idéalisée du port de Brest au 19e siècle. L’occasion en est donnée au peintre par la célébration à Brest de l’amitié franco-britannique, naissante sous Louis-Philippe et poursuivie sous Napoléon III.

On aperçoit sur les navires les pavillons des deux pays : drapeau français et red ensign britannique. Si cette vue met en valeur les trois principaux édifices remarquables de l’architecture brestoise – la Tour Tanguy, le Pont tournant et le château –, il est toutefois difficile d’imaginer que la révolution industrielle est en marche dans le port.

Parmi la profusion des bateaux, qui forment une véritable forêt de mâts, on ne remarque aucun navire à vapeur. Tout juste, aperçoit-on par endroits de la fumée en provenance des machines. Le peintre nous montre par ailleurs avec beaucoup de détails la foule animant le port : matelots, officiers, femmes et hommes habillés en costumes bretons ou vêtus à la française.

Né en 1810 à Nancy, Jules Noël passe son enfance à Quimper, puis étudie à Brest dans l’atelier du peintre Charioux. Un temps attiré par une carrière parisienne, il s’installe en définitive à Nantes en 1836, après avoir enseigné le dessin à Saint-Pol-de-Léon et à Lorient. À partir de 1847, il enseigne au Lycée Henry IV à Paris.

Peintre apprécié pour ses marines romantiques, ses vieilles rues pittoresques et ses scènes en costumes, il est reconnu à la fois comme peintre de marines et précurseur de la peinture bretonne. Il fréquente le port de Brest, dont il donne plusieurs vues. Il peint également des vues pittoresques de Quimper et de Morlaix.