X

Le port de Dinan, en 1871, par Georges Clarkson Stanfield

Musée de Dinan

Dinan

Beaux-arts - Patrimoine
Le port de Dinan, G.C.Stanfield, 1871© Musée de Dinan

Depuis deux siècles, Dinan ne cesse d’attirer les artistes, séduits par son patrimoine, ses rues pittoresques, sa lumière. Les artistes britanniques ne sont pas en reste. Ils sont nombreux à poser leur chevalet dans les rues de Dinan, au 19ème siècle et au début du 20ème siècle, attirés par la présence d’une colonie britannique. Certains y demeurent pour une période assez longue, comme Charles Meere ou Peter Hawke, d’autres ne font qu’y passer comme George Clarkson Stanfield, emportant avec lui ses croquis et ses souvenirs.

Découvrez à travers la vidéo ci-dessous le tableau « Le port de Dinan », réalisé par Stanfield en 1871 et désormais conservé au Musée de Dinan. Le tableau a été acquis par le Musée de Dinan en 1991 grâce au concours de la SAMB et du FRAM. La vidéo a été réalisé par le service culture et patrimoines de la ville.

 

 

Peintre de paysages, de marines et de vues urbaines, George Clarkson Stanfield naît à Londres, le 1er mai 1828. Son père, auprès duquel il se forme, est un fameux peintre paysagiste anglais du XIXe siècle : Frederick Clarkson Stanfield (1793-1867). George Clarkson Stanfield suit également les cours des Royal Academy Schools, à Londres.

À partir de 1844, à peine âgé de 16 ans, il commence à exposer à la British Institution et à la Royal Academy. Il peint des paysages de Grande-Bretagne, mais aussi de France, des Pays-Bas, d’Allemagne, de Suisse et d’Italie, néanmoins, aucune archive connue ne renseigne précisément sur ses voyages en Europe. Son style est proche de celui de son père, il collabore souvent avec lui et l’on retrouve quelquefois son écriture sur des dessins de Frederick Clarkson Stanfield.

Au total, il présente 49 œuvres à la British Institution jusqu’à sa fermeture en 1867 et 73 à la Royal Academy jusqu’en 1876. Son succès demeure toutefois restreint, il connaît même des difficultés financières dans les années 1870, après la mort de son père, alors que l’engouement pour la peinture de paysage décline. Il meurt d’une maladie du foie à l’âge de 49 ans, le 22 mars 1878.