X

Vue du Château de Dinan en 1776, par Louis-François Cassas

Musée de Dinan

Dinan

Histoire - Arts décoratifs - Patrimoine
Vue du château de Dinan - Louis-François CASSAS, 1776 - © Service des Musées de Dinan

La fin du 18ème siècle voit naître un nouvel éveil des peintres voyageurs. Les peintres commencent ainsi à s’intéresser à la Bretagne. Il existait, bien sûr, des représentations de paysages de la province bretonne antérieures, mais elles étaient peu nombreuses. Ce dessin de Louis-François Cassas présent dans les collections du musée de Dinan témoigne de cette élan.

Louis-François Cassas (1756-1827) est un artiste particulièrement doué pour dessiner scènes de genre et paysages, talent qui lui permet d’exercer son art lors de voyages et de retranscrire ce qu’il découvre au cours de ceux-ci. Pendant l’été 1776, il entreprend un voyage en Bretagne. L’artiste débute son périple à Nantes, puis suit les routes côtières de la Bretagne. Il dessine les ports, les paysages, mais également les châteaux. En plus du château de Dinan représenté ici, il représente notamment ceux de Josselin, de Kerguéhennec, de Tréfaven, de Maillé, de Kerjean, et de Fougères

Les dessins produits par CASSAS durant ce périple breton présentent un double intérêt. D’une part, ils ont une valeur documentaire indéniable. En effet, ils permettent de garder une trace de l’architecture et de l’état des villes qu’il a visitées, permettant même de conserver la mémoire de monuments aujourd’hui disparus tels que le château de Tréfaven.

D’autre part, chacun de ses dessins exprime l’intérêt de Cassas pour la représentation du pittoresque et du poétique. En cela, ils sont très révélateurs des goûts de l’époque, préfigurant le romantisme du début du 19ème siècle. Aisni, certains dessins de Cassas comportent des éléments inventés ou assemblés différemment, pour les besoin de sa composition.

Le donjon du château a longtemps abrité les collections du musée de Dinan, de 1908 jusqu’à récemment. Il existe aujourd’hui un projet de nouveau musée, afin de valoriser pleinement le château et les collections, qui y étaient à l’étroit. Une nouvelle page se tourne pour le château et sa représentation !