X

Dans les coulisses de la restauration de la maquette la Gloire

 

Dans le cadre de la rénovation du musée, l’atelier de restauration est actuellement en train de traiter la Gloire, première frégate cuirassée lancée en 1859. Ce modèle d’arsenal présente un pont en sapin, de couleur brun-rouge, dont la surface est tachée de façon hétérogène. Après observation de photographies anciennes, il s’avère que le pont était à l’origine couleur bois, donc beaucoup plus clair.

Photographie ancienne sur laquelle le pont apparaît de couleur claire © Musée national de la Marine

L’atelier a entrepris de faire des tests de solubilité pour trouver une technique permettant le retrait de ce film qui nuit à la bonne lisibilité de l’œuvre. Un mélange de solvants est appliqué au coton sur le pont, puis les anciennes retouches sont retirées délicatement. Après nettoyage, le bois retrouve un ton plus blond ce qui augmente les contrastes et révèle les détails du pont.

Hamac babord en cours de nettoyage © Musée national de la Marine

Après le pont, c’est au tour des éléments textiles d’être nettoyés. La poussière accumulée sur les voiles et les hamacs, au-delà de modifier leur apparence, risque d’entraîner des altérations physiques ou chimiques du textile. Les éléments ne pouvant être déposés, l’intervention est réalisée in situ. Après avoir testé plusieurs méthodes, il est décidé d’effectuer un nettoyage mécanique à sec, à l’aide d’éponges en caoutchouc synthétique non abrasives. Ainsi débarrassés de cette couche terne, les éléments textiles retrouvent leur éclat.

Le foc après nettoyage © Musée national de la Marine