X

Henry Moret (1856-1913) entre Pont-Aven et impressionnisme, le triomphe du paysage

Exposition

Henry Moret, entrée du port de Doêlan, 1908, huile sur toile, Dépôt musée municipal de Lorient au msuée des beaux-arts de Quimper



Depuis les expositions remontant à la fin des années 1990, Henry Moret n’a bénéficié d’aucune rétrospective monographique. Seules quelques œuvres relativement bien étudiées de ce peintre ont été présentées récemment dans le cadre d’expositions thématiques consacrées notamment au paysage en Bretagne ou à la diffusion de l’impressionnisme. Le projet initié à Quimper ambitionne donc de rassembler un ensemble suffisamment complet et parfaitement représentatif de l’art d’un peintre au parcours bien plus varié qu’il n’y paraît de prime abord.

L’articulation de l’exposition reposera ainsi sur une approche chronologique qui sera complétée parfois de sous-sections thématiques (paysages insulaires, variations atmosphériques, travaux des champs…).
Pour en revenir au fil chronologique, essentiel pour comprendre et interpréter l’œuvre d’Henry Moret, la première partie du parcours insistera sur ses années de formation, de Lorient à Paris. Seront ensuite évoqués ses séjours au Pouldu, ses rencontres à Pont-Aven, la maturation de son style mêlant subtilement synthétisme et impressionnisme et enfin l’épanouissement de la touche qui va aller en s’amplifiant durant les années Durand-Ruel.

Ce projet, accompagné d’un catalogue illustré et nourri d’essais, permettra, en ne négligeant aucune des rares sources documentaires repérées, de mieux appréhender l’importance et la valeur de l’œuvre d’Henry Moret. Si l’artiste a été d’une rare discrétion, l’ensemble de sa production plaide pour une reconnaissance amplement méritée. Grâce aux nombreux prêts consentis, notamment par des collectionneurs privés, l’exposition programmée au musée réunira enfin une sélection de 60 œuvres pour beaucoup inédites. Plusieurs toiles d’Elodie La Villette, Jules Le Roy, Maxime Maufra s’adjoindront en écho aux peintures de Moret.