X

Matjangka Nyukana Norris devant la peinture collaborative de femmes : Kungkarangkalpa Seven Sisters. © Courtesy of APY Art Centre Collective



Pour la première fois de son histoire, le Musée des beaux-arts de Rennes va accueillir une importante exposition consacrée à l’art du peuple Pitjantjatjara d’Australie intitulée Kulata Tjuta.

Du 17 octobre 2020 au 3 janvier 2021, l’exposition présentera d’impressionnantes peintures aborigènes traditionnelles et des portraits photographiques de leurs auteur.e.s ainsi qu’une installation de lances et d’outils en bois et en bronze coulé. Avec la participation de trente-quatre artistes de l’APY Art Centre Collective, l’exposition offre au public européen une rare occasion de découvrir la portée créative, le génie adaptatif et le dynamisme artistique de la culture Anangu telle qu’elle se donne à voir à notre époque.

Kulata Tjuta présente des « créations exceptionnelles de l’art aborigène contemporain, réalisées par des artistes des terres ancestrales d’Anangu Pitjantjatjara Yankunytjatjara (APY) en Australie Méridionale. Leurs œuvres sont le reflet du génie d’adaptation et du dynamisme de la culture Anangu — d’un art à la fois résolument contemporain et profondément enraciné dans les traditions, les croyances et les connexions à leur terre natale, à travers les millénaires. » (Steven Marshall, PM de l’Etat Australie-Méridionale).

Il s’agit d’un art « unique, mais aussi universel, car il se communique au-delà des cultures et des continents. Sa beauté créative, son intensité brute et ses idées rayonnantes transcendent la langue parlée. À la fois ancestrale et contemporaine, locale et mondiale, cette exposition cherche à éclairer l’esprit, à inspirer l’imagination et à élever l’âme. »

Kulata Tjuta est finalement une exposition qui propose avec simplicité une confrontation directe aux œuvres d’artistes aborigènes contemporains et des pistes de réflexion sur leur statut, leur fonction, leur valeur artistique et la manière dont on pourrait audacieusement les comparer à d’autres œuvres plus familières. En effet, le Musée des beaux-arts de Rennes a la particularité, avec le cabinet de curiosités de Robien, de conserver autant de collections dʼart que de collections ethnographiques extra-européennes. En présentant aujourdʼhui une série dʼœuvres aborigènes, Kulata Tjuta y fait singulièrement écho et prolonge la dimension ‘musée-monde’ du Musée.

L’exposition sera également soutenue par une publication trilingue en anglais et en français et en Pitjantjatjara.