X

Le départ d’Emmanuelle Vigier du Musée de Préhistoire

Après quatorze années à la tête du Musée de Préhistoire de Carnac, Emmanuelle Vigier a quitté ses fonctions de directrice à la fin du mois d’août dernier. C’est là l’occasion pour l’association de souligner l’ampleur du travail réalisé depuis son arrivée dans ce qui peut être considéré comme le « plus grand musée au monde » en ce qui concerne le mégalithisme et la période néolithique. Nous revenons donc ici sur quelques actions marquantes de son engagement.

Suite à son arrivée et sous sa direction, de 2006 à fin 2019, un premier récolement décennal a été réalisé, avec l’inventaire-récolement de pas moins de 300 000 objets ou lots d’objets des collections, nécessitant plus de 300 procès-verbaux de campagne.

Emmanuelle Vigier – au centre – et l’équipe du Musée de Préhistoire de Carnac. Photographie de Céline Cornet.

Parallèlement à ce travail au long cours, d’autres travaux ont été menés au musée. En 2011, un projet scientifique et culturel a ainsi été rédigé pour le musée et salué comme « de très grande qualité » par la directrice chargée des musées de France. Un programme muséographique du nouveau Musée de Carnac a par la suite été rédigé en 2013-2014, base, aujourd’hui encore, du nouveau projet de Musée.

Du côté de la recherche, celle qui a pu être qualifiée de « prêtresse des mégalithes » par la presse a notamment coorganisé l’ important colloque « Callaïs » , du nom des pierres vertes dont sont faites de nombreuses parures découvertes dans des tombes néolithiques en Europe, notamment dans la région de Carnac. Elle a coécrit par la suite avec Guirec Querré et Serge Cassen l’ouvrage La parure en callaïs du Néolithique européen, paru en 2019 et préfacé par Yves Coppens.

Première de couverture de La parure en callaïs du Néolithique européen, paru en 2019

Sous sa direction, un plan de restauration des collections a été mis en place et une deuxième réserve a également été créée, destinée notamment à accueillir moulages de stèle gravées en plâtre et collections de plaques photographiques.

Bretagne musées souhaite donc une bonne réussite à Emmanuelle dans ses futurs projets et salue l’important travail qu’elle a accompli à Carnac .