X

La mort de Marc-Antoine de Pompeo Batoni

Musée des beaux-arts de Brest

Brest

Beaux-arts - Histoire
© Musée des beaux-arts de Brest

Dans l’histoire romaine, la mort de Marc-Antoine fait suite à la défaite de ses armées devant celles d’Octave, à Actium. Convaincu du suicide de Cléopâtre, Marc-Antoine vient de se frapper de son épée. La scène représentée correspond au « moment d’après » : la mort le gagne, tandis que le bras de Cléopâtre, qui l’accompagne au tombeau, le soutient ; les deux amants échangent un dernier regard.

Fils d’orfèvre, Pompeo Batoni se forme à Rome, où il reçoit de nombreuses commandes, tant comme portraitiste pour la Papauté et l’aristocratie, que comme peintre d’histoire. Il appartient à une communauté artistique, qui, venue de toute l’Europe, se trouve à Rome dans la seconde partie du XVIIIe siècle pour y élaborer un nouveau langage : la simplification des formes, le retour à l’antique et l’héroïsation des sujets. Dans cette œuvre, la sobriété de la scène, le cadre dépouillé du palais et le caractère dramatique du sujet sont révélateurs de l’émergence de ce nouveau courant : le néoclassicisme.