X

« Vanneuses, femmes aux environs de Carnac », huile sur toile de Théodore Valerio (1819-1879)

Musée de Préhistoire

Carnac

Beaux-arts - Ethnologie - Histoire - Patrimoine maritime - Modes et costumes - Culture bretonne
« Vanneuses, femmes aux environs de Carnac », huile sur toile de Théodore Valerio (1819-1879) © Musée de Préhistoire de Carnac

Originaire d’Herserange en Meurthe-et-Moselle, Théodore Valerio est déjà un peintre et ethnographe reconnu lorsqu’il fait ses premiers séjours en Bretagne vers 1860. Zacharie Le Rouzic (1864-1939) le rencontre alors qu’il n’est encore qu’un enfant. Il l’accompagne dans la campagne carnacoise pour lui porter son matériel.

Durant la belle saison, le peintre loge à l’Hôtel des Voyageurs, sur la place principale du bourg de Carnac, entre 1872 et 1879, en même temps que James Miln (1818-1881) ou encore l’archéologue Henri du Cleuziou (1833-1896).

Peinte vers 1876, cette scène a vraisemblablement pour cadre l’anse du Po et le fond de la Baie de Plouharnel, avec à gauche l’ancien moulin du Po, incendié et aujourd’hui détruit. À droite le hameau de longères sur une légère éminence pourrait correspondre au hameau de Kercroch (Plouharnel) ou bien encore à Ker Lejean (Carnac). Au loin, on aperçoit une bande de terre qui serait la presqu’île de Quiberon.

Les costumes des vanneuses sont tout à fait représentatifs de la mode vestimentaire en Pays d’Auray dans les années 1850-1870, avec des coloris chatoyants qui contrastent avec la mode bretonne « en noir et blanc » que les années de guerre vont par la suite imposer. Outre son intérêt ethnographique, cette œuvre de Valerio documente l’attrait de la région de Carnac.

C’est alors une terre sauvage et authentique, à l’abri des bouleversements de la Révolution industrielle : l’arrivée du chemin de fer en 1862-1863 vient juste de désenclaver la région. C’est également une terre de folklore dont le pittoresque séduit les artistes et qui sera bientôt profondément transformée par l’implantation de l’ostréiculture et l’essor du tourisme balnéaire.

Cette œuvre a désormais pris place dans l’exposition permanente du musée.