X

La Fuite du Roi Gradlon, par Evariste-Vital Luminais, vers 1884

Musée des beaux-arts de Quimper

Quimper

Beaux-arts - Culture bretonne
La Fuite du Roi Gradlon, huile sur toile réalisée vers 1884 par Evariste-Vital Luminais © Musée des beaux-arts de Quimper

Cette grande huile sur toile, réalisée par Evariste-Vital Luminais (1822-1896) vers 1884 et conservée au Musée des beaux-arts de Quimper, représente un épisode bien connu de la légende de la Ville d’Ys, fondé par le légendaire roi Gradlon, qui aurait régné sur la Cornouaille vers le Vème siècle de notre ère. De nombreuses versions et variations existent autour de cette légende, dont on situe la plupart du temps l’intrigue entre la baie de Douarnenez et la baie des Trépassés, au Nord-ouest de la Cornouaille.

Gradlon y aurait bâti pour sa fille Dahut, passionnée par la mer, la magnifique cité d’Ys, protégée des marées et des flots marins par d’immenses murailles afin d’éviter qu’elle soit submergée. Seule une immense porte dont la clef est confiée à Gradlon permet d’entrer ou sortir de la ville. La ville est ainsi prospère et radieuse.

Dahut y fait néanmoins régner la débauche, le pêché et le plaisir. Elle y organise des orgies et invite chaque soir dans sa couche un nouvel amant qu’elle tue le matin venu et dont elle rejette ensuite le corps inanimé aux flots. Saint-Guénolé, homme de foi, la sermonne et l’avertit du danger encouru par la ville du fait de tels comportements, si peu chrétiens.

Un jour, Dahut invite un chevalier vêtu de rouge à partager son lit, représentant le mal, voire le diable dans l’intrigue, par opposition à Saint-Guénolé. Celui-ci arrive en séduisant Dahut à obtenir les clefs de la ville et provoque l’engloutissement de celle-ci en ouvrant la porte qui la protège des flots.

Pour échapper à la catastrophe, le roi Gradlon et sa fille montent sur Morvarc’h (ce qui signifie le « cheval de mer », en breton) et s’enfuient. Saint Guénolé les rattrape et incite Gradlon à repousser Dahut, cause de la déperdition de la ville, dans les flots. Dahut est finalement précipitée dans la mer, qui engloutit également la ville d’ Ys.

Suite à cet épisode Gradlon, tiraillé dans cette légende entre l’amour pour sa fille et la réalisation du bien, se serait ensuite retiré dans l’abbaye fondée par Guénolé à Landévennec.

C’est l’épisode de la fuite du roi et de l’incitation de Saint-Guénolé à à repousser sa fille qui est représenté ici par Évariste-Vital Luminais.

Pour une analyse de l’oeuvre :