X

Le dépôt de 9 tableaux du musée des beaux-arts de Reims

L’important chantier de rénovation qui se déploie au musée des Beaux-Arts de Reims sur plusieurs années a incité les responsables de cette institution à favoriser une généreuse politique de dépôts. C’est ainsi que le musée de Quimper a été particulièrement gâté avec une sélection de neuf œuvres qui soulignent le rôle de la Bretagne dans l’émergence de l’art moderne.

Charles Cottet – Les voiles rouges 1894, huile, Musée des beaux-arts de Reims © C.Devleesschauwer

Outre Henry Moret ou Maurice Denis représentés tous les deux par des œuvres importantes, on ne manquera pas de s’attarder sur le chef-d’œuvre de Charles Daubigny, Entrée de Kérity, remarquable paysage jouant habilement des contrastes d’une lumière assourdie ou bien encore sur les rares compositions d’un Emile Wéry. Ce dernier, Rémois d’origine, et proche de Matisse à ses débuts, se signale par son talent original avec l’audacieuse composition datant de 1892 d’une Fille de Penmarc’h. Magnifiquement mis en valeur par un cadre « néo-bigouden », ce tableau a forgé en son temps la renommée de l’artiste.

Charles-François Daubigny – Entrée de Kérity, 1871, huile, Musée des beaux-arts de Reims, © C. Devleeschauwer

Enfin, un ensemble de toiles bretonnes sans Charles Cottet serait évidemment incomplet et, deux sujets marins sont là pour rappeler la passion que cet artiste a portée aux côtes bretonnes et tout spécialement aux rivages de la presqu’île de Crozon.