X

Quatre haches polies en jadéite

Musée de Préhistoire

Carnac

Archéologie
H. Neveu-Dérotrie, Musée départemental Dobrée, Nantes

En août 2007, alors qu’ils ramassent des coquillages sur la plage du Petit-Rohu, à Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan), deux vacanciers découvrent fortuitement quatre grandes lames de haches polies en roche verte. Bien connus des préhistoriens, ces objets de prestige datent de l’époque néolithique. Ils sont réalisés en jadéite, une roche d’origine alpine exploitée dès 5200 avant J.-C. dans le nord de l’Italie.

Les deux inventeurs déclarent leur découverte au Musée de Préhistoire de Carnac et au Service Régional d’Archéologie (DRAC Bretagne). Démarre alors une série d’opérations archéologiques terrestres et sous-marines qui vont permettre de préciser le contexte de la découverte et l’étendue du site.

Les résultats des investigations scientifiques montrent qu’il y a 6500 ans, alors que le rivage devait être éloigné d’environ 500 m, les haches ont été enfouies au pied d’un important affleurement rocheux, dans un milieu marécageux, entre terre et mer. Déposées verticalement, par paire, elles avaient peut-être été placées dans un étui en cuir, comme en témoignent des résidus noirs adhérant encore à leurs faces.

À proximité, un ensemble de 27 blocs de pierres formant au moins un alignement de menhirs aujourd’hui submergé est découvert, ainsi que des traces de cultures anciennes ou d’exploitation du sel.

Aucun ensemble de cette importance n’a été retrouvé dans la région depuis le XIXe  siècle. Des exemplaires similaires avaient alors été mis au jour dans les caveaux funéraires des grands tumulus de la région de Carnac, considérés comme les premières architectures européennes.